La victoire pour Princen, un podium pour Loix !

143 équipages ont finalement pris part à la 31e édition du rallye de Wallonie, disputée ce week-end en région namuroise. Une épreuve animée comme jamais auparavant. A l’issue de plusieurs changements de leader et d’innombrables faits de course et retournements de situation, Kris Princen et Freddy Loix ont, tous deux, atteint leur objectif: la victoire pour un, un podium pour l’autre

Pour des raisons très différentes, Kris Princen et Freddy Loix, deux des principaux protagonistes de ce 31e rallye de Wallonie ont décroché, ce week-end, un résultat presqu’inespéré…

Affichant clairement ses ambitions, le vainqueur de l’édition 1999 était au départ à Jambes pour la victoire. Comme au récent TAC rally, après un début de course un peu chaotique le samedi matin (25 secondes perdues suite à un tout droit puis un tête à queue), la Subaru WRC S12B a pris ensuite progressivement le large et, à la faveur de 6 meilleurs temps, pouvait entamer la journée de dimanche avec une vingtaine de secondes d’avance. Une formalité? Certes pas! Gêné par un riverain circulant dans le même sens que lui dans la spéciale n°16 d’Arbre, Princen sortait de la route et perdait près de 2 minutes. Si les interprétations des uns et des autres sur les circonstances pouvaient diverger, la direction de course prenait la décision d’appliquer un temps « normal » (identique à celui de Xavier Bouche) à Princen, ce qui lui permettait finalement d’imposer sa Subaru WRC – légèrement chiffonnée – pour la deuxième fois consécutivement après le TAC.

Il en rêvait au moins secrètement, il l’a fait: en hissant pour la première fois une S2000 sur le podium du rallye de Wallonie tout en menant la vie dure aux meilleures WRC jusqu’au bout et sans l’aide de la pluie, Freddy Loix a signé une performance de choix « Cette 3e place me fait évidemment bien plus plaisir que ma victoire de l’an passé. Car ce fut « big attack » depuis la première spéciale et nous n’avons pas fait de faute. Ce podium, il a fallu aller le chercher ! »

Il s’agit, en plus, du meilleur résultat possible dans l’optique du championnat… d’autant que son concurrent direct (dans la même classe RC2 cumulant points au général et à la classe, au contraire des WRC de la classe RC1), Cédric Cherain, a subi une crevaison ce dimanche matin, le contraignant à se contenter de la 7e place au volant de sa Fiesta R5.

La majorité des autres candidats aux avant-postes ont également, connu leur lot d’ennuis à un point tel que seuls, trois d’entre eux, ont terminé en ordre utile: le Néerlandais Bob De Jong (rééditant son résultat de l’an passé, 4e) et Chris Van Woensel (au volant de la doyenne des voitures de pointe) ont, visiblement, connu une épreuve sans réels soucis, ce qui leur a permis de compléter joliment le top 5 devant David Bonjean, longtemps peu à l’aise au volant de sa Citroën Xsara WRC.